Empreinte de Marjorie

Parce que chaque témoignage est unique, je décide de reprendre mes empreintes mensuelles à chaque début de mois. Et on recommence avec le témoignage de la très charmante Marjorie. Soyez exhortés mes amis !

Empreinte Marjorie

Tenue disponible ici : Vertueuse collection

Bonjour présente-toi brièvement

Mon nom est Marjorie, j’ai 19 ans, je suis d’origine gabonaise et je vis à Montréal au Canada. J’ai commencé l’université en septembre 2017 et cela fait un peu plus de quatre ans que je vis pour Dieu.

Comment étais-tu avant de rencontrer Dieu ?

Avant de réellement rencontrer Dieu, en fait il y a eu plusieurs versions de “moi”. Déjà, étant petite, j’étais catholique. Mais j’ai de très vagues souvenirs de cela car mes parents ont commencé à aller dans une “église de réveil” communément appelé au Gabon. Donc, chaque dimanche ma famille et moi allions à l’église. Au fur et à mesure que je grandissais je pouvais constater que mes parents étaient de plus en plus impliqués et y avaient même certaines responsabilités. J’allais à l’église tous les dimanches (plus de force que par choix, mais ça c’est tout une autre histoire hahaha). Mais pour moi, tout cela était trop compliqué.

Tous les jours de la semaine, par contre, on vivait comme des gens “normaux”. C’est-à-dire qu’on écoutait de la musique mondaine, on parlait comme des gens mondains, on participait à des activités mondaines… vous voyez le tableau. Du coup, j’avais la connaissance de l’existence de Dieu, je croyais en Lui mais pas de relation avec lui. Quand je suis arrivée en 6ème, on ne va pas se mentir, je suis (quand même) une jolie fille, et l’environnement dans lequel j’ai grandis (pas à la maison) était quand même assez pervers. Du coup, j’ai commencé à avoir des copains et boire de l’alcool. En fait, dès que tu entres au lycée, tu es un “grand”. Tu essayes donc de fondre dans la masse, de faire tout ce que le monde fait et de surtout de paraître “grand”. Mes parents ne savaient rien de tout cela, et ils ne se doutaient de rien (ils ne se sont jamais doutés de toutes façons). En 5ème, j’ai commencé à fumer mais occasionnellement. Pour “accompagner” mes ami(e)s fumeurs/fumeuses.

J’ai aussi eu des problèmes comportementaux au lycée : séchage de cours et usurpation du carnet de liaison d’une pote (qui ont tous deux mal tourné hahaha), mais je vous épargne les détails. Cela a été une année assez difficile pour moi car mes parents ne me faisaient plus confiance. Du coup quand je suis rentrée en 4ème, j’avais de plus en plus de copains mais rien ne changeait, il y avait un vide en moi, et je croyais qu’ils pouvaient le combler mais aucun n’a vraiment réussi. Aussi, à cause du suivisme, j’ai commencé à fumer du chanvre/pot/marijuana, à aller en boite de nuit, etc. Jusqu’à ce que la fin de l’année scolaire arrive et que finalement ma mère décide de nous laisser au Canada après les grandes vacances. Ce fut une séparation très difficile car à l’époque je venais à peine d’avoir 14 ans (et en plus avant de quitter le Gabon j’avais découvert que mon copain me trompait avec plusieurs filles, la vache) et vivre loin de mes parents était inconcevable !

J’ai fait une dépression terrible durant ma première année au Canada car je ne faisais que l’école et la maison, je n’avais presque pas d’ami(e)s – dans mon lycée (au Gabon j’étais “populaire” si je puis me permettre). Il faisait froid, les seules fois où on pouvait sortir c’était le weekend et presque seulement quand j’allais chez ma sœur. Il n’y avait qu’à mon ami Lou (nom fictif) à qui je pouvais me confier. Mais vu la distance (il vit aux USA) c’était parfois difficile de keep up. Le vide que je ressentais depuis le début ne faisait que s’agrandir au point où je ne croyais plus vraiment en Dieu mais j’espérais quand même qu’il fasse quelque chose pour moi. Quand la Bible dit qu’Il n’y a que les fous qui disent dans leur cœur qu’il n’y a point de Dieu, c’est ça même. Je n’allais plus à l’église et pour moi c’était une délivrance parce que j’en avais marre des faux prophètes qui viennent profiter de l’argent des gens et tout leur tralala, bref.

Comment Dieu t’a-t-il touché ?

Je savais au fond de moi que j’avais un vide, mais je ne savais pas comment le combler. Durant ma première année au Canada, j’avais fait une dépression : j’étais séparée de mes parents; je vivais dans une maison où tout n’allait pas bien (je vivais avec l’une de mes soeurs chez des amis de la famille, tandis que mon autre soeur vivait toute seule). Juste avant de voyager, j’avais découvert que mon copain me trompait ; à l’école, c’était quand même pas trop facile de s’intégrer, etc. En gros, je ne me sentais pas à l’aise et j’étais super triste.

Du coup, en 2013 pendant les grandes vacances, j’ai emménagé avec mes deux sœurs, et nous avons commencé à accueillir les groupes de fraternité à la maison (moment de partage entre frères et soeurs) ainsi qu’une étude biblique. J’avoue que j’étais très retissante au départ à cause du traumatisme des faux-pasteurs, mais Dieu travaillait en moi petit à petit, et sans m’en rendre compte j’assistais de plus en plus aux fraternités. Je sentais Dieu m’appeler mais je résistais, j’avais peur de tout perdre, surtout perdre ma jeunesse. Mais Dieu a fait grâce et le 3 Septembre 2013 à environ 3h du matin, je me suis faite baptisée au nom de Jésus pour le pardon de mes péchés et j’ai recu le Saint-Esprit quelques mois après.

Témoignage Marjorie

Tes difficultés au début de la foi ?

Ma plus grande difficulté était la prière. J’arrivais à jeuner et à lire ma Bible mais prier était très difficile. Aussi, la sanctification, cette séparation avec le monde était quand même assez difficile mais s’est très bien faite. Déjà que je n’avais pas beaucoup d’ami(e)s à l’école, le peu d’amis que j’avais m’avaient tourné le dos (pas toutes mais une grande partie). Mais je m’auto-encourageais avec le Psaume 27 :10 qui dit « Car mon père et ma mère m’abandonnent, Mais l’Éternel me recueillera » et je remplaçais « père » et « mère » par « amis ». En plus, au fur et à mesure que le temps passait, le Seigneur me donnait de nouveaux amis à l’église du coup je ne me sentais pas seule. C’était difficile de tenir ferme à l’école secondaire à cause de certains commentaires, dits en face ou dans mon dos, mais puisque je sais en qui j’ai cru, chaque matin, IL me donnait la force de marcher la tête haute. Pour surmonter toute épreuve, ou toute chose qui nous tracasse, il suffit d’aller en prière, d’être honnête devant Dieu et de les remettre entre Ses mains.

Ce que Dieu a changé dans ta vie ?

J’avais tendance à juger ceux qui avaient un point de vue différent du mien. J’étais très hypocrite mais n’aimais pas le montrer. J’étais envieuse, je ne pouvais concevoir que certaines personnes puissent être plus belles, plus intelligentes ou plus fortunées (même si à la base, je ne suis pas riche lol) que moi. Je voulais être aimée de tout le monde, mais je n’arrivais pas à comprendre que c’était impossible. Et même quand je suis arrivée dans le Seigneur, c’est quelque chose avec lequel je luttais énormément mais par la grâce de Dieu, Il a changé ces traits. Je ne suis pas parfaite, mais le Seigneur travaille encore sur d’autres traits de caractère, telle que la honte car je suis assez timide et ces deux vont de pair.

A lire : Empreinte de Kelly

Comment concilier vie Q et chrétienté?

Honnêtement, je ne sais pas quoi répondre si ce n’est que par la grâce de Dieu car je suis la personne la moins organisée au monde lol. En fait, il faut être sensible à l’Esprit de Dieu en tout temps, passer du temps dans la prière et la Parole, prendre un jour de la semaine pour jeuner, ça aide énormément à se stabiliser spirituellement. Il ne faut pas prendre ça comme « je dois prier parce que je dois prier » mais plutôt comme « Dieu m’aime, et Il sait ce qu’il y a de mieux pour moi. S’Il me demande de prier/jeuner/lire ma Bible/parler à quelqu’un dans le métro/etc., c’est que c’est pour mon bien. » J’avoue que ce n’est pas facile, mais il faut se battre pour apprendre à discipliner sa chair. En vrai, il faut mettre Dieu en premier, et Il fera le reste.

Un conseil pour les jeunes d’aujourd’hui ?

Pour les jeunes chrétiens: arrêtez de chercher avec qui vous allez vous marier, arrêtez de chercher à avoir ceci ou cela parce que si vous cherchez premièrement Dieu (et quand je dis ça, je parle de chercher la face de Dieu et non sa main), toutes ces choses vous seront données par-dessus Matthieu 6:33. Et même s’Il ne vous le donne pas, louez-Le quand même car Il sait de quoi vous avez besoin. Contentez-vous de ce que vous avez et surtout, n’ayez pas peur de parler de Dieu autour de vous et de marquer votre position !

A lire : Se satisfaire des petites choses de la vie

Pour les jeunes non-chrétiens: vous pouvez faire tout ce que vous voulez mais vous vous sentirez toujours vides. Acceptez Jésus dans vos vies selon Actes 2:38 et vous verrez la différence.

Et vous, comment avez-vous rencontré Dieu ?

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *